Accueil du site > Bienvenue sur AFC Tubize.be > SAISON > L’interview du coach !

L’interview du coach !

Une interview de Mwinyi Zahera, le nouveau coach de l’AFC, se transforme rapidement en dialogue passionné et passionnant. L’homme a ses valeurs et ses convictions qu’il défend énergiquement.

Le nouveau coach de l’AFC découvre depuis une semaine un nouvel environnement. Dirigeant avec enthousiasme ses séances d’entrainement avec pour le moment un groupe pléthorique de près de trente joueurs, Mwinyi Zahera semble savoir où il veut aller. Rencontre.

"Un premier bilan ? J’ai remarqué que les garçons sont dans la discipline de travail. Ils travaillent avec beaucoup de bonne volonté et de sérieux. Pour le moment, on effectue un travail de fond, il y a peu de ballon, même s’il y a déjà quelques bases de travail technico-tactique. Ce sont en fait des entrainements de début de saison où on analyse le comportement des joueurs, où on voit quels sont les joueurs capables d’accepter la charge de travail. Là, actuellement, c’est pas mal, il y a beaucoup de sérieux"

"Au niveau du jeu de ballon, je commence à me faire une petite idée des qualités des uns et des autres. Il y a un dessin qui commence à sortir. La séance d’entrainement de ce mercredi après-midi et celle de jeudi devrait me livrer encore davantage d’enseignements".

"Ceci dit, il n’est pour le moment pas évident de travailler avec trente joueurs, ne fût-ce que pour retenir le nom de tous ces joueurs. Or, c’est important pour pouvoir faire passer un message aux joueurs. Je suis quelqu’un de très pointu, de quasi obsessionnel. Je mets toute mon énergie dans l’application des plans de jeu. J’ai envie d’intervenir jusqu’au moindre détail. Il faut que tout se passe comme je l’ai demandé".

Entraineur offensif ou défensif ?

"J’ai été moi-même attaquant. J’aime donc un football offensif. Mais dans mon organisation de jeu, je peux paraitre quelqu’un qui insiste sur la discipline défensive, mais ça n’empêche pas mes équipes de gagner 3-0. Je tiens énormément à cette notion offensive. Quand on a le ballon, on doit en être le maître. Quand on ne l’a pas, on doit être capable de résoudre immédiatement le problème pour en poser un à l’adversaire. Aujourd’hui, tout le monde parle de l’Allemagne, des buts qu’elle empile. Mais regardez comme elle défend à merveille.

"J’ai une organisation générale de mon équipe. Ensuite, tout est fonction de la force de mon adversaire. Je ne vais évidemment pas jouer de la même façon contre le Standard ce samedi que contre l’Union du Centre mercredi. Je change des choses, mais en conservant toujours la même organisation. En championnat, mes séquences d’entrainement sont basées sur les faiblesses du prochain adversaire. On répète énormément des phases. Mais l’organisation reste inchangée tant en possession du ballon qu’en perte du ballon.".

"Ici, je travaille sur une structure déjà existante. Un grand nombre de joueurs était déjà là l’année passée. C’est un avantage, d’autant que défensivement, l’AFC avait une des meilleures défenses de la saison passée. Mais on élaguera d’ici deux matchs quand on aura pu juger convenablement les joueurs en test. Après le match contre l’Union du Centre, l’autopsie sera faite. On travaillera alors avec un noyau qui sera celui qui commencera le championnat".

La D2 belge, une inconnue ?

"Pas du tout. J’ai assisté à pas mal de matchs la saison passée. Je vis à la frontière. J’ai été voir pas mal de matchs à Mons, à Tournai, à Boussu-Dour. C’est un football engagé, mais avec peu de créativité dans le jeu. C’est un football direct. Ceci dit, l’année passée, j’ai vu le Lierse jouer, c’était une belle équipe qui posait bien son jeu. Mais on tâchera d’être prêt pour ces combats physiques".

"Dans la D2 belge, tout le monde peut battre tout le monde. Et c’est justement là que le travail psychologique, mental peut faire la différence. Et puis, je reviens à l’organisation. Beaucoup d’équipes pêchent par manque d’organisation. Walter (ndlr Baseggio) me l’a confirmé. Il m’a dit qu’il y avait souvent beaucoup trop d’espace entre les lignes.".

La présence de Walter Baseggio dans le noyau, c’est important ?

Très. Non seulement vis-à-vis du groupe. Car pour certains joueurs, rien que de savoir qu’il y a un tel joueur, ça les booste. Les joueurs savent que Walter est capable de faire gagner, non par sa capacité à courir à gauche ou à droite, mais sur une passe, sur un coup de pied arrêté. Quand on voit sa qualité technique, sa qualité de vision de jeu telle que j’ai pu encore la voir hier, il peut être déterminant à n’importe quel moment. Dans n’importe quel équipe, il faut un joueur de ce calibre là qui peut amener un plus à tous moments.



Documents utiles :

 

 

Les articles de la rubrique SAISON :

 

photos

 
 

NEWS

  • Décès de Florent Vandenvelde :

    Nous avons appris ce jour le décès de Florent (...)Lire la suite
  • Votez pour le joueur "Pulcinella" du mois de novembre. :

    Chargement en cours...Lire la suite
  • Parkings de délaissement :

    Afin d’éviter des ennuis de stationnement, nous (...)Lire la suite
  • Nouvelles mesures de sécurité.

    Nouvelles mesures de sécurité. :

    Il est formellement interdit aux spectateurs (...)Lire la suite
  • Espace VIP : AFC Tubize - Patro Eisden

    Espace VIP : AFC Tubize - Patro Eisden :

    Lors de notre prochain match à domicile (...)Lire la suite
 

DOCUMENTS UTILES

  • Voici une sélection
    d’articles choisis
    dans tout le site et
    qui proposent des
    informations à
    télécharger sous
    forme de
    fichiers :
 

SPONSORING

#